Présence Vive
Contemplation

Soif de beauté

Le contemplatif n’est pas un “pratiquant”. Il est plutôt comme un chasseur, un cueilleur de grâce.
Aussi, il se tient à l’affût. Autant qu’il peut, en lui, il cultive l’ouverture, l’inspiration, la douceur du cœur.
Il s’emploie à déjouer ses mécanismes d’enfermement et la saisie que provoque la dualité. Il recherche le dénuement ainsi que l’immersion dans le “live”. Sa place il la trouve dans “l’ombre de Dieu”.

Billet publié par:

Denis Marie auteur de L'éveil ordinaire, le don du cœur