Présence Vive
Contemplation

Le mur des apparences

Nous sommes dans une ouverture que nous n’empruntons pas, dans un Ciel dont nous restons en retrait.
Nous rêvons de liberté, mais nos yeux ne regardent que l’aspect solide, que le contour délimité du monde.
Nous privilégions le “fini” et nous éludons l’infini, l’indéfini. Nous ne sommes pas dans un “Voir”.
Nous sommes dans une lecture et une écriture des apparences. Notre insatisfaction est le signal pour changer de référentiel.
N’essayez pas d’améliorer votre rêve, zappez-le ! Afin de vous relier au réel, à la Vue directe.
La soif est un appel à la Source et non celui à s’en éloigner davantage.

Billet publié par:

Denis Marie auteur de L'éveil ordinaire, le don du cœur

2 Commentaires

  1. jean-bernard fasel

    Bonjour et merci pour vos messages.
    Leur simple lecture crée une rupture immédiate, et alors, comme sur une vague, nous somme portés par la Présence.
    jean-bernard

  2. jeanne Pastre

    Pratiquant zazen depuis pas mal de temps, je me demande aujourd’hui si les pratiques spirituelles en général  ne visent juste qu’à nous permettre “d’améliorer notre rêve ” ?

Les commentaires sont clos